facebook-publicite-payanteA la question faut-il faire des Facebook Ads, on pourrait croire que vu tout le bruit sur le web autour de la publicité sur Facebook, les professionnels du digital s’entendent tous pour dire oui, il faut en faire. Pourtant, ceux-ci ne sont pas unanimes.

En effet, il y a encore des résistances à l’utilisation des Facebook Ads…

Il existe plusieurs types de réactions négatives aux publicités Facebook.

1 – l’utopiste : “La communauté se suffit à elle-même ; elle est la seule à porter la viralité, à générer sa propre croissance et son propre engagement. La pub tue tout.”

2 – l’engagé – “Il faut croire à ses publications. Il suffit de faire une bonne campagne, de raconter une belle histoire et de faire de beaux contenus pour que ça marche. Si vous avez besoin de pub, c’est que vous faites de la merde !”

3 – le négativiste : “ça ne fonctionne pas, les gens cliquent mais concrètement ça n’aboutit à rien. Ils likent votre page mais s’en foutent après.”

4 – le conspirationniste : “La pub c’est de la manipulation. On veut manipuler l’esprit des internautes pour leur faire aimer quelque chose dont ils n’ont finalement rien à faire”

5 – le puriste : “Faire de la pub, ça ne vaut pas mieux qu’acheter des faux fans. Ca tue le métier.”

Ah que j’aimerais moi aussi pouvoir dire non aux Facebook Ads et revenir au bon vieux temps du Facebook libre, sans pub, avec une viralité non payée, une communauté qui croît par elle-même et par la force de vos publications.

Good old times… Mais à mon sens peu réaliste. Est-ce que Facebook se tire une balle dans le pied avec ses Ads ? Peut-être… mais c’est un autre débat.

Aujourd’hui, les utilisateurs Facebook sont sonnés par le bruit constant des publications de leur réseau et des pages likées. Et si on ajoute à cela les limites du reach de Facebook, on est forcément bloqué. Le meilleur des contenus, la plus belle des histoires peut rester totalement anonyme. Bien sûr, il y a des buzz incroyables qui partent de rien… mais c’est un peu comme jouer au loto. Beaucoup de joueurs, mais peu de gagnants.

A l’instar de Twitter, le contenu sur Facebook est devenu hautement périssable. Pour être entendu, pour générer de la proximité et de la visibilité, les Facebook Ads sont devenues essentielles. Elles sont une carte supplémentaire dans le jeu des Community Managers.